Publié par CCEv

"Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés..."

Je m’appelle Oumar, surnommé Moïse. Avec mon épouse Léa, nous avons eu 3 enfants et nous servons le Seigneur au Centre Chrétien Évangélique, à Boulogne s/Mer (Hauts-de-France).

 

Je suis issu d'une famille musulmane pratiquante, j'ai quatre frères et cinq sœurs. A l'âge de 8 ans j’ai été placé chez mon oncle maternel à Abidjan (Côte d’Ivoire). Là, j’ai été initié à l’Islam et j’ai grandis dans cette culture avec une image bien déformée de Dieu et des chrétiens.

 

Mon premier contact avec une église évangélique a été tout à fait inattendu. Tout a commencé un après-midi de décembre 1989. J'avais 15 ans, et ce jour-là, alors que j'étais avec des copains, je vis passer une fille qui dégageait quelque chose de spécial. Intrigué, j'ai voulu en savoir plus sur elle. Quelques jours plus tard, deux jeunes chrétiens qui la connaissaient m’ont parlé de leur foi et m’ont invité à passer la soirée du jour de l’an avec eux, à l'église. Je refusai catégoriquement en leur signifiant tout le mal que je pensais des chrétiens. Face à mon refus, ils me proposèrent de venir en compagnie de la jeune fille rencontrée précédemment, ce qui me fit changer d’avis.

 

En arrivant à l'église ADD de Treichville, je fus bouleversé d’entendre l'assemblée prier en français. Cela me fit un choc, moi qui devais réciter mes 5 prières quotidiennes en arabe. Les chrétiens semblaient si proches de leur Dieu, que j'étais littéralement jaloux de leur communion, mais je n’étais pas encore prêt à me convertir.  

 

Quelques temps plus tard, on m’invita une nouvelle fois à venir à l’église. Le pasteur Michael E. Azani prêcha un message tiré de Matthieu 11/28 dans lequel Jésus dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos ». J'étais fatigué de toutes ces pratiques religieuses qui ne m'apportaient aucune garantie quant à mon salut. Les aumônes, le ramadan, le jeûne, les sacrifices d'animaux, les marabouts... Tout cela était beaucoup trop pesant, et le vide en moi était toujours présent. Ce soir du 19 février 1991, je donnai ma vie au Seigneur.

 

En 2002, le Seigneur me parla très clairement, m’invitant à le servir au travers du ministère pastoral, mais je ne voulais pas devenir pasteur car je devais travailler pour subvenir aux besoins de ma famille. Face à mes résistances, le Seigneur Jésus me parla à nouveau au travers du passage de Luc 12/22 : « Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtu… ». Ce jour-là, je compris que Dieu avait déjà pensé à tout, et qu'il s'engageait à ne pas me laisser dans la disette. Depuis, je lui demande de me conduire dans sa volonté afin que je puisse prêcher sa Parole.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :